Arthrose


Photo illustrative, ce chien n’est pas malade

Degenerative joint disease ; Osteoarthritis

aussi appelée Ostéoarthrose, Maladie articulaire dégénérative

Affection dégénérative articulaire causée par une exacerbation des phénomènes cataboliques du cartilage, engendrant une perte cartilagineuse et une mise à nu de l’os sous-chondral sous-jacent. L’arthrose peut être primitive ou secondaire. Dans le cas de l’arthrose primitive, dite chondrose structurale, des modifications des propriétés de la matrice cartilagineuse changent le comportement mécanique du cartilage et entraînent sa destruction. Dans le cas de l’arthrose secondaire, dite chondrose mécanique, ce sont les contraintes mécaniques répétées qui provoquent des modifications biochimiques induisant sa destruction. L’arthrose primitive peut être consécutive à une arthrite auto-immune, à des séquelles d’inflammation articulaire ou à des facteurs métaboliques et génétiques. L’arthrose secondaire quant à elle, est consécutive à une instabilité articulaire, à des microfractures, des remodelages osseux, une malformation articulaire congénitale, des contraintes mécaniques anormales ou des micro-traumatismes répétés sur les articulations.

à savoir
Il s’agit d’une affection dégénérative articulaire causée par une exacerbation des phénomènes cataboliques du cartilage, engendrant une perte cartilagineuse et une mise à nu de l’os sous-chondral sous-jacent. L’arthrose peut être primitive ou secondaire. Dans le cas de l’arthrose primitive, dite chondrose structurale, des modifications des propriétés de la matrice cartilagineuse changent le comportement mécanique du cartilage et entraînent sa destruction. Dans le cas de l’arthrose secondaire, dite chondrose mécanique, ce sont les contraintes mécaniques répétées qui provoquent des modifications biochimiques induisant sa destruction.
L’arthrose primitive peut être consécutive à une arthrite auto-immune, à des séquelles d’inflammation articulaire ou à des facteurs métaboliques et génétiques. L’arthrose secondaire quant à elle, est consécutive à une instabilité articulaire, à des microfractures, des remodelages osseux, une malformation articulaire congénitale, des contraintes mécaniques anormales ou des micro-traumatismes répétés sur les articulations.
Elle entraîne une intolérance à l’effort et des troubles locomoteurs.
Le pronostic est favorable à réservé selon l’évolution des lésions et la gravité de l’atteinte clinique.
Le traitement associe une prise en charge médicale (corticoïdes, chondroprotecteurs, antalgiques), hygiénique (physiothérapie, cryothérapie, contrôle pondéral et de l’alimentation) et chirurgicale (correction des anomalies de conformation, des chondroses structurales et des instabilités articulaires, arthrotomie, arthroscopie, prothèse, arthroplastie, arthrodèse).

Races prédisposées

Découvrez chaque race en détails sur le portail SCC

Suspicion

Boiterie associée à une intolérance à l’effort, une douleur à la mobilisation des articulations et des craquements articulaires chez un chien âgé.

Fréquence

Très élevée, quasi systématique chez les chiens âgés.

Signes cliniques

• Apparition des signes cliniques chez l’adulte.
• Intolérance à l’effort.
• Léthargie.
• Anorexie.
• Boiterie.
• Douleur.
• Démarche raide.
• Difficultés au relevé ou au coucher.
• Crépitements et craquements articulaires.
• Amyotrophie.
• Ankylose.
• Diminution de l’amplitude des mouvements.
• Changement du comportement.
• Sites préférentiels : coude/hanche > grasset > épaule.

Méthodes de diagnostics

1. Clinique.

2. Radiographie : ostéophytes, sclérose de l’os sous-chondral, gonflement des tissus mous, diminution de l’interligne articulaire, érosions au sein de l’os sous-condral, fissures osseuses, fibrose, épaississement capsulaire.

3. Scanner.

Diagnostic différentiel

• Dysplasies.

• Luxation.

• Rupture du ligament croisé crânial.

• Ostéochondrose.

• Arthrite.

• Néoplasie.

Pronostics

Favorable à réservé selon l’évolution des lésions et la gravité de l’atteinte clinique.

Traitements

Traitement médical : corticoïdes, chondroprotecteurs, antalgiques.

Traitement hygiénique : physiothérapie, cryothérapie, contrôle pondéral et de l’alimentation.

Traitement chirurgical : correction des anomalies de conformation, des chondroses structurales et des instabilités articulaires, arthrotomie, arthroscopie, prothèse, arthroplastie, arthrodèse.

Tableau génétique

Transmission

Mâles plus souvent touchés que les femelles.

Facteurs prédisposants : obésité, suractivité durant la croissance, traumatismes intra-articulaires.

Prédisposition des grandes races.

Mode de transmission
Le gène muté et sa mutation
Possibilité d'un test ADN

Non