Dermatophytose


Photo illustrative, ce chien n’est pas malade

Dermatophytosis, ringworm

aussi appelée Dermatophytie, Teigne

Dermatomycoses superficielles infectieuses contagieuses dues à la présence de différentes espèces de champignons kératinophiles appelés les dermatophytes.

#SYSTÈME CUTANÉ

Races prédisposées

Découvrez chaque race en détails sur le portail SCC

  • A-E
  • F-J
  • K-O
  • P-T
  • U-Z

Suspicion

Signes cliniques chez un jeune animal, un animal errant, un animal vivant en collectivité, un animal immunodéprimé.

Fréquence

Très fréquente.

Signes cliniques

• Signes cliniques variables selon le dermatophyte responsable.

• Teigne « nummulaire classique »
– Forme la plus fréquente avec Microsporum canis,
– Jeunes animaux (1-4 semaines après le contact contaminant),
– Localisations préférentielles : face, cou, oreilles, extrémités,
– D’abord petite croûtelles à la base de touffes de poils, puis formation de lésions circulaires (maximum 3-4 cm de diamètre),
– Dépilations nummulaires,
– Autour des lésions : réaction inflammatoire modérée, légère desquamation,
– Pas de prurit.

• Kérions
– Souvent dues à Trichophyton mentagrophytes (M.gypseum, M.persicolor).
– Localisation préférentielle : face (tout le corps possible),
– Lésions en macarons : surélevées, dépilées, suintantes, rougeâtres avec suppuration.

• Teignes diffuses
– Surtout chez le chat,
– Forme généralisée ou localisée,
– Squamosis plus ou moins important,
– Aspect mité du pelage.

• Onyxis et périonyxis
– Assez rare, souvent dus à T.mentagrophytes ou M.canis,
– Atteinte associée ou non de la griffe et/ou du bourrelet péri-unégual,
– Fragilisation des griffes qui se fissurent et se cassent avec des traces blanchâtres et des déformations. Lors de périonyxis, le bourrelet est érythémateux et dépilé.

• Double Dermatophytose
– Dépilations et croûtes,
– Plus ou moins prurigineux,
– Souvent extensif.

• Mycétome
– Exceptionnel chez le chien, peu fréquente chez le chat,
– Lésions nodulaires intra et sous cutanée, uniques ou multiples
– Fistules possibles,
– Pas de prurit,
– Localisation préférentielle : tronc, flanc queue.

Méthodes de diagnostics

1. Clinique.

2. Examen à la lampe de Wood (attention aux faux négatifs et faux positifs).

3. Culture fongique.

4. Trichoscopie.

5. Examen histopathologique.

Diagnostic différentiel

• Démodécie.

• Pyodermites superficielles.

• Dermatite séborrhéique.

• Différencier le kérion d’une lésion tumorale.

Pronostics

Généralement bon lorsqu’un traitement est mis en place.

Traitements

• La teigne est une zoonose, M.canis peut se transmettre à l’homme. Les enfants sont les plus souvent atteints. Présence de lésions nummulaires à bords érythémateux et vésiculeux. Parfois teigne du cuir chevelu.

• Lorsqu’une teigne est diagnostiquée chez un animal de compagnie, des mesures d’hygiène doivent être mise en place.

• La teigne peut se transmettre par contact direct entre les animaux d’une même espèce, par contact avec les rongeurs ou le sol, par contact indirect via du matériel contaminé.

• Le traitement doit, dans la plupart des cas être à la fois topique et systémique.

• A la fin du traitement, une culture mycologique est réalisée afin d’avoir la certitude de la guérison.

Tableau génétique

Transmission

Prédispositon raciale.

Mode de transmission
Le gène muté et sa mutation
Possibilité d'un test ADN

Non