Dyskinésie paroxystique du Terrier Irlandais à poil doux

Soft-Coated Wheaten Terrier paroxysmal dyskinesia

#SYSTÈME VISUEL #SYSTÈME NERVEUX #SYSTÈME MUSCULO-SQUELETTIQUE #SYSTÈME LYMPHATIQUE #SYSTÈME HÉMATOPOÏÉTIQUE #SYSTÈME IMMUNITAIRE #SYSTÈME ENDOCRINIEN #SYSTÈME DIGESTIF #SYSTÈME CUTANÉ #SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE

Races prédisposées

Découvrez chaque race en détails sur le portail SCC

  • A-E
  • F-J
  • K-O
  • P-T
  • U-Z

Fréquence

Signes cliniques

• Episodes de dyskinésie : alternance rapide de mouvements de flexion et d’extension des membres postérieurs, le plus souvent atteints l’un après l’autre, associée à un degré variable de dystonie tronculaire. Les membres antérieurs peuvent également être atteints dans les cas les plus sévères.
• Durée des épisodes variant de quelques minutes à plus de 4 heures.
• Fréquence des épisodes pouvant varier d’un unique épisode en quelques jours à plus de 10 épisodes par jour.
• Conservation de l’état de conscience durant les épisodes.
• Conservation de la capacité à se déplacer malgré les mouvements involontaires.
• État neurologique normal entre les épisodes de dyskinésie.

Méthodes de diagnostics

1. Anamnèse.
2. Test génétique (si disponible pour la race considérée).
3. Diagnostic d’exclusion des autres affections dyskinétiques.

Pronostics

Mauvais. Le caractère progressif de la maladie conduit généralement à la décision d’euthanasie lorsque la fréquence des épisodes de dyskinésie augmente.

Traitements

Absence d’efficacité des molécules anti-épileptiques et des benzodiazépines sur les épisodes de dyskinésie.

Transmission

Transmission héréditaire démontrée.

Mode de transmission

Mode autosomique récessif.

Le gène muté et sa mutation

• Locus : gène PIGN (Phosphatidylinositol Glycan Anchor Biosynthesis Class N) porté par le chromosome 1.
• Mutation : c.398C>T.

Possibilité d'un test ADN

Oui.

Conseil aux éleveurs

• Écarter les animaux atteints de la reproduction, dépister par test ADN les reproducteurs et proscrire les accouplements entre hétérozygotes (porteurs sains).
• Pour les races sans test ADN : écarter de la reproduction les atteints et leurs apparentés directs.