Kératite superficielle chronique


Photo illustrative, ce chien n’est pas malade

Pannus ; Chronic superficial keratitis ; Uberreiter’s syndrome.

aussi appelée Pannus ; Pannus d’Überreiter.

• Inflammation bilatérale, le plus souvent, de la cornée évoluant dans le temps. Les deux yeux peuvent être atteints à des degrés de gravité différents. Cette affection est souvent associée à une infiltration lympho-plasmocytaire de la membrane nictitante. Cette affection est d’origine auto-immune.

#SYSTÈME VISUEL

Races prédisposées

Découvrez chaque race en détails sur le portail SCC

Suspicion

Chien d’une race prédisposée jeune adulte, entre 1,5 et 6 ans, présentant une inflammation de la cornée.

Fréquence

Fréquent surtout chez le Berger Allemand.

Signes cliniques

• Affection superficielle et bilatérale le plus souvent.
• Les lésions commencent dans cadrant ventro-latéral puis s’étendent au cadrant ventro-médial et enfin au cadrant dorsal.
• Des zones grises sont souvent présentent sur le stroma cornéen.
• Puis pannus de type kératite avec une inflammation et une néo-vascularisation de la cornée. Les vaisseaux sanguins sont longs et flexueux.
• Puis : mélanisation de la cornée : les pigments noirs cachent les vaisseaux.
• Granulation inflammatoire de la cornée.
• Une conjonctivite peut être associée.
• Épiphora.
• La vision s’altère au fur et à mesure de l’avancée de la maladie. Dans un premier temps le chien a des difficultés à voir les éléments dans son champ de vision.
• En cas d’infiltration lympho-plasmocytaire de la membrane nictitante, il y a épaississement du bord libre de la membrane nictitante et une dépigmentation associée.
• Progression des lésions plus importante au printemps et en été (sensibilité aux rayons UV).

Méthodes de diagnostics

1. Signes cliniques.
2. Test de Schirmer.

Diagnostic différentiel

• Kératoconjonctivite sèche.
• Kystes iriens.
• Irritation chronique de l’œil sans kératite superficielle.

Pronostics

Le pronostic pour la vision du chien est mauvais en absence de traitement : la vision du chien est altérée de manière significative.
Toutefois l’existence de traitements locaux à base de corticoïdes ou d’immunomodulateurs permet de limiter la progression de la maladie.

Traitements

• Traitements locaux pour limiter la progression de la maladie à base de corticoïdes ou d’immunomodulateurs.
• Une forte luminosité accélère la progression de la maladie. Des lunettes de soleil pour les chiens vivant en montagne ou en période estival sont conseillées.

Tableau génétique

Transmission

• Polygénique chez le Berger allemand : certains haplotypes, du complexe majeur histocompatibilité de classe II, constituent des facteurs de risque pour le KSC.
• En Australie, une transmission héréditaire selon un mode autosomique dominant a été prouvée chez le Greyhound.
• Affection à prédisposition raciale pour les autres races.

Mode de transmission
Le gène muté et sa mutation
Possibilité d'un test ADN

Non

Conseil aux éleveurs

·         Ne pas faire reproduire les animaux atteints.