Persistance de la membrane pupillaire

Persistent pupillary membrane.

aussi appelée Membrane pupillaire persistante.

• Anomalie de régression de la membrane pupillaire. La membrane pupillaire est un tissu issu du mésoderme présent durant le développement fœtal. Il forme une couche sur la face antérieure de l’iris. Cette membrane est constituée de vaisseaux sanguins et de tissu conjonctif. En temps normal, il a totalement disparu 6 semaines après la naissance du chiot. Les fibres iriennes, qui sont issues de la collerette irienne, sont les dernières à régresser. • Il existe différentes formes : o Les PMP à fibres libres : une extrémité est attachée à la collerette irienne l’autre est libre. o Les PMP à fibre de l’iris à l’iris : les extrémités des fibres sont fixées à la collerette irienne. Elles sont soit en Y soit linéaires. Ces fibres régressent le plus souvent avant l’âge adulte vers l’âge de 8 mois. o Les PMP à fibres de l’iris à la cornée : elles vont de la collerette irienne à la face postérieure cornéenne, et entraînent alors des lésions de l’endothélium. En fonction du nombre de fibres présentes ces lésions peuvent être ponctuelles ou diffuses. Des remaniements de la membrane de Descemet, une absence d’endothélium ou un œdème stromal sont les lésions que l’on peut retrouver dans ce cas. o Les PMP à fibres de l’iris au cristallin : elles s’ancrent de la collerette irienne à la capsule antérieure, provoquant une cataracte localisée à cette adhérence.

#SYSTÈME VISUEL

Races prédisposées

Découvrez chaque race en détails sur le portail SCC

Suspicion

Chiot d’une race prédisposée présentant une opalescence de l’œil.

Fréquence

Maladie très fréquente chez le Basenji aux États-Unis. En France, elle l’est aussi mais avec des formes moins graves.

Signes cliniques

• Bilatéral ou unilatéral. Les deux yeux peuvent être atteints à des degrés variables.
• La gravité de l’affection est variable en fonction du type de PMP :
o Les PMP avec des fibres libres ou iris à iris n’ont pas de conséquences fonctionnelles et sont donc asymptomatiques.
o Les PMP à fibres de l’iris à la cornée : les signes cliniques sont d’autant plus importants que le nombre de fibre est important. Cette affection entraîne une opalescence de l’œil, un défaut de vision pouvant aller jusqu’à la cécité. Avec l’âge les signes cliniques peuvent régresser partiellement. Un œdème de la cornée, des modifications de la membrane de Descemet ou encore une fibroplasie entraîne l’apparition d’un leucome.
o Les PMP à fibres de l’iris au cristallin : opalescence du cristallin en cas d’attache à la capsule antérieure qui ne peut alors plus se dédoubler, leucome. Trouble de la vision plus ou moins important en fonction du nombre de fibres.

Méthodes de diagnostics

Avant dilatation de la pupille : examen du segment antérieur de l’œil
1. Au transilluminateur pour les formes majeures.
2. Au biomicroscope à fente pour les formes mineures.

Diagnostic différentiel

·         Cataracte.

Pronostics

Variable en fonction du type d’atteinte. Des résorptions tardives peuvent survenir ce qui améliora la vision.

Traitements

Traitement chirurgical possible

Transmission

Transmission héréditaire suspectée 

Mode de transmission

Un mode complexe est suspectée. En effet, de nombreuses formes familiales ont été décrites mais les analyses des pédigrées n’ont pas permis de conclure sur un mode de transmission simple.

Le gène muté et sa mutation
Possibilité d'un test ADN

Non

Conseil aux éleveurs

• Ne pas mettre à la reproduction les chiens atteints des formes graves.