Syndrome de Claude-Bernard-Horner idiopathique

Horner’s syndrome.

• Le syndrome de Claude-Bernard-Horner se manifeste par des troubles ophtalmologiques mais c’est un syndrome neurologique. Les principaux symptômes de ce syndrome sont un myosis, une enophtalmie, une ptose palpébrale et une procidence de la membrane nictitante. • Les causes du syndrome de Claude-Bernard-Horner sont très variables. Elles peuvent être traumatiques, inflammatoires, néoplasiques notamment. Les lésions peuvent avoir des localisations très diverses comme par exemple l’hypothalamus, le tronc cérébral, la moelle épinière cervicaux thoracique, le tronc sympathique, oreille moyenne… • Dans certains cas ce syndrome est idiopathique ; C’est dans ce cas que des prédispositions raciales existent. • Les signes cliniques sont révélateurs d’un défaut d’innervation sympathique de l’œil.

Races prédisposées

Découvrez chaque race en détails sur le portail SCC

Suspicion

Chien mâle d’une race prédisposée présentant les signes cliniques caractéristiques du syndrome : un myosis, une énophtalmie, une ptose palpébrale et une procidence de la membrane nictitante.

Fréquence

Rare

Signes cliniques

• Le plus souvent unilatéral.
• Myosis.
• Énophtalmie.
• Ptose palpébrale de la paupière supérieure.
• Diminution de la fente palpébrale.
• Procidence de la membrane nictitante.
• Hyperhémie de la conjonctive.
• Chien de tout âge mais en moyenne de 7 à 9 ans.
• Les autres signes potentiellement associés au syndrome de Claude Bernard Horner, sont provoqués par des affections des différents étages, ou neurones concernés. Le syndrome de Claude Bernard Horner « dit idiopathique » n’est en général jamais associé à des signes cliniques aussi grave que:
o État de conscience altéré,
o Déficit des nerfs crâniens,
o Détresse respiratoire,
o Parésie ou paraplégie d’un membre antérieur,
o Syndrome vestibulaire périphérique : tête penchée, nystagmus horizontal, paralysie faciale, pertes d’équilibres.

Méthodes de diagnostics

1. Signes cliniques.
2. Test au collyre : utilisation de sympathomimétiques directs (adrénalie, phényléphrine) ou indirects (hydroxyamphétamine).

Diagnostic différentiel

• Syndrome de Claude-Bernard-Horner avec une cause identifiable.
• Déficit du nerf oculomoteur.
• Contracture du muscle rétracteur du globe causé par une douleur oculaire.

Pronostics

Bénin.

Traitements

Le traitement à l’aide de collyre est efficace mais possède un temps d’action de courte durée.

Transmission

• Prédisposition raciale.

Mode de transmission
Le gène muté et sa mutation
Possibilité d'un test ADN

Non

Conseil aux éleveurs

• Décision de mise à la reproduction laissée à l’expertise de l’éleveur.